Séquences d'une révolte

La Cité

Chapitre moins connu de la crise grecque, l’occupation et l’autogestion d’ERT3, la troisième chaîne publique, s’achève sur un sentiment de déception qui rejaillit sur Syriza. Retour sur ce cycle inédit avec trois de ses protagonistes, Stelios, Irini et Christina.

Texte : Clément Girardot
Photos : Nicolas Brodard


Versprechen gehalten – Träume zerschlagen

WOZ - Die Wochenzeitung

Seit über einem Jahr arbeiten wir an einer Reportage über die turbulente Rückkehr der griechischen Radio- und Fernsehstation ERT im Juni 2015. Zwei Jahre davor war der Sender im Zeichen einer brutalen Austeritätspolitik durch die Regierung Samaras geschlossen worden.

Photos : Nicolas Brodard


Reprise en demi-teinte pour le média grec Ert

INA - Institut national de l'audiovisuel

Deux ans après sa fermeture, ERT a fait son retour sur les radios et les écrans des foyers grecs mais les modalités de sa réouverture sont loin de faire l'unanimité. Le grand soir du service public audiovisuel tant espéré par certains n'a pas eu lieu.

Texte : Clément Girardot
Photos : Nicolas Brodard


Grèce : le retour de la télévision publique

Le Courrier

Promesse tenue, le gouvernement Tsipras a rouvert le service public audiovisuel grec, deux ans jour pour jour après sa fermeture, mais sans l’avoir réformé. Colère chez nombre d’ex-salariés.

Texte : Clément Girardot
Photos : Nicolas Brodard

 

Antennes sur la presqu'île d'Antikyra

La Grèce compte plus de 1000 antennes et relais pour diffuser les programmes du service public jusque dans les coins les plus reculés du pays.

 

Du blackout de 2013 aux promesses électorales de Syriza, de la réouverture en 2015 à la désillusion qui a fini par affecter le pays tout entier, le travail de suivi sur les péripéties de la Radio Télévision hellénique s'est étendu sur plus d'une année. Quelques publications antérieures ainsi qu'une interview donnée à la télévision EPT3 en français sont à consulter via le lien proposé ci-dessous.

La clôture de ce sujet passionnant est l'occasion de saluer et remercier le superbe travail de Kostas Maragos, notre fixeur, ainsi que toutes les personnes qui ont encouragé la réalisation et la publication de ce reportage.